banquesAXA + Crédit Agricole + BNP: 10 000 recrutements en 2010. C’est le Figaro qui le dit! Alors faisons la place à la diversité!

Les banques et les assurances toujours en première ligne
Bertrand Le Balc’h
14/09/2009
Ces deux secteurs continuent à beaucoup embaucher, notamment pour compenser les départs en retraite de la génération du baby-boom.

Quatre mille recrutements prévus en 2010, en France, pour l’ensemble du groupe Crédit agricole. Trois mille chez BNP Paribas et Groupama. Deux mille chez Axa France. Environ 450 chez HSBC… Crise ou pas crise, les banques et les compagnies d’assurances demeurent de grandes pourvoyeuses d’emplois.

Dans le secteur bancaire, les activités banque de financement et d’investissement ayant été très touchées par la crise financière, les embauches concernent avant tout la banque de détail et visent surtout des jeunes diplômés (bac + 2 à bac + 5) et des cadres expérimentés. «Il faut compenser le turnover, qui est de l’ordre de 8 % à 9 %, et surtout les départs en retraite de la génération du baby-boom, ce qui va permettre de poursuivre le rajeunissement de la pyramide des âges», déclare Jean-Claude Guéry, directeur des affaires sociales de la Fédération bancaire française (FBF).

Les métiers commerciaux se taillent la part du lion

Chargé d’accueil, de clientèle (particuliers, professionnels, PME),­ directeur d’agence, conseiller en patrimoine… les métiers commerciaux se taillent la part du lion (75 % des recrutements chez BNP Paribas). «Mais les banques ont aussi besoin de juristes, de fiscalistes, de spécialistes des ressources humaines…», rappelle Jean-Claude Guéry.

Du côté des assurances, les besoins sont assez comparables. Ainsi, les 2 000 recrutements prévus l’an prochain par Axa France concernent des métiers commerciaux (environ 1 800, répartis entre salariés et indépendants) et des fonctions administratives (actuariat, systèmes d’information, contrôle de gestion…). À la GMF (250 embauches), les principaux postes à pourvoir seront les suivants : conseillers en assurance et épargne, téléconseillers, gestionnaires de sinistres, chargés d’assistance et juristes.

«Comme la GMF, les autres mutuelles sans intermédiaires (Maaf, Maif, Matmut…), qui ont recruté à tour de bras durant la période 1960-1970 pour faire face à une très forte croissance, doivent gérer les départs en retraite», note Cyrille Chartier-Kastler, président du cabinet de conseil Facts and Figures, spécialisé dans le secteur de l’assurance.

Dans les réseaux salariés en assurance-vie des compagnies traditionnelles (Axa, AGF, Gan…), le turnover des commerciaux est élevé. Et dans les mutuelles santé-prévoyance (MGEN, Eovi, Adréa, Harmonie Mutualité…), où l’accent est mis sur le développement du réseau commercial, les embauches vont bon train.

«Les compagnies d’assurances recrutent à la fois des cadres expérimentés et des jeunes diplômés de formation “classique”, souligne Cyrille Chartier-Kastler. Mais elles sont aussi ouvertes à des profils atypiques – master en psychologie, en sociologie… – qui peuvent alors démarrer dans des emplois correspondant davantage à des BTS assurance. Mais, grâce à la formation, de réelles perspectives de carrière s’ouvrent à eux.»

Publicités