Interview de Rodolphe Pedro en juillet 2014 dans le BFM Business Club de france

bfm business club de france

"Notre pays connait l’une des crises à l emploi les plus importantes à ce jour…

Les jeunes sont les 1ers à en souffrir, mais les jeunes "DECROCHEURS" soit sans qualifications professionnels, sans diplômes, sont condamnés à ce stade !

Nous devons, dénicher des opportunités, des marchés nouveaux, afin de leur offrir un accès à l’emploi durable.

En france, nous comptons environ 4000 conseillers financiers privés (CGPI), à population égale en Allemagne ils sont 400 000 !!!

Je reste convaincu de l ‘opportunité grandissante de ce métier pour nos jeunes, convaincu d’un tremplin à l emploi, valorisé et valorisant pour une personne s’investissant dans la formation GRATUITE, qu’offre l’UNIFI, afin d’accéder au statut de CGPI.

OPPORTUNITÉS

Alors que les décrocheurs, sont très souvent issus d’une double culture, qui leur garantissent sans le savoir, une connaissance d’un marché nouveau, d’un marché de plusieurs milliards d’€uros, dont ni les banques et institutionnels du secteur, sont dans la capacité de le capter ce marché est :

La finance islamique, appelé aussi Halal ( licite) qui est islamique pour les Français de confessions musulmanes, mais la finance islamique ne s’adressent pas qu’aux musulmans car elle est éthique et participative pour tous…

C’est à la fois un marché qui à plus de 40 ans, présente dans le monde entier, mais qui totalement nouveau en France devient réalisable avec une offre de service tel qu’un contrat d’épargne, logement, mariage, retraite HALAL, depuis février 2013, lancement du 1er contrat d’épargne et placement SALAM de la compagnie Swiss Life .

D’autres banque et assurance, vont se positionner sur ce marché, afin d’y apporter des solutions d’épargne et assurance..

Qui d’autres, que nos jeunes issus, d’une double culture, soit d’une double connaissance autant des mœurs, de la clientèle, que du marché, peuvent devenir, avec une formation à l’appui, d’excellents conseillers répondant à un besoin concret en épargne et assurance..

Voilà une opportunité de marchés pour nos jeunes, voila une réponse sur un secteur de millions de personnes, générant de l’emploi par milliers..

Rien n’est jamais perdu, seule une idée, et du travail, assurera la sortie de crise pour tous…

Mais c’est à chacun de réfléchir à son secteur d’activités à son environnement et d’y trouver l’opportunité d’un nouveau marché, tout comme l’UNIFI, s’y consacrent."

Rodolphe PEDRO
Son fondateur.

Quelques chiffres : la finance islamique en France

 

La finance islamique, secteur méconnu de la finance mondiale il y a encore quelque temps, suscite désormais un intérêt croissant. La finance islamique moderne atteint aujourd’hui un encours de plus de 1000 (mille) milliards de dollars dans le monde avec des taux de croissance annuelle à deux chiffres.

  • La note de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) du 17 juillet 2007. Elle constitue le premier texte de droit français qui vise expressément la finance islamique ;
  • Le rapport d’information (N°347) du Sénat en date du 22 juin 2007 souligne la nécessité d’encourager l’émergence de la finance islamique en France ;
  • L’agence de notation financière Moody’s a publié un rapport indiquant que “la finance islamique en France offre un fort potentiel, mais des obstacles demeurent”, ajoutant qu’ils “se rapportent moins aux changements législatifs qui seraient nécessaires qu’à des aspects sociaux et politiques” ;
  • Ouverture du Diplôme Universitaire de Finance islamique de Strasbourg (Janvier 2009) ;
  • Ouverture du Diplôme Universitaire de Finance islamique de l’université de Paris-Dauphine(Septembre 2009) ;
  • Lancement du Shari’a Board français, CIFIE.fr (décembre 2009) ;
  • Invitée au Forum Paris Europlace, la ministre de l’Economie Christine Lagarde, s’exprimant mercredi 2 juillet, a déclaré, s’adressant à des investisseurs du Moyen-Orient présents sur place :

« Nous allons développer à la fois sur le plan réglementaire et fiscal tout ce qui est nécessaire pour rendre vos activités aussi bienvenues ici à Paris qu’elles le sont à Londres et sur d’autres places. L’Autorité des marchés financiers a déjà mis en place des règles compatibles avec le développement de fonds d’investissement qui remplissent les principes de la charia.
J’ai demandé à mon administration d’apporter les clarifications fiscales et juridiques nécessaires pour faciliter l’émission de ‘sukuks’, et permettre la structuration d’opérations immobilières de finance islamique, sans frottements fiscaux concernant en particulier les droits d’enregistrement", a encore annoncé Mme Lagarde, ajoutant : "Nous adapterons notre environnement juridique pour que la stabilité et l’innovation de notre place financière puissent bénéficier à la finance islamique. »

  • Février 2013, lancement de la 1ere solution d’épargne & placement par Swiss Life

 

  • Avril 2014, lancement de la 1ere plateforme web halal d’orientation

noorassur-logo

 


Bonjour à tous,

J’ai rencontré aujourd’hui les dirigeants de l’initiative Year Up
(http://www.yearup.org/) qui est sans doute le  programme
d’accompagnement à l’emploi des 18-25 ans le plus important aux USA.
J’ai été tellement étonné par les similitudes avec UNIFI que je
voulais vous tenir informé.

- Le programme a été fondé par un entrepreneur qui a fait fortune dans
les nouvelles technologies à la fin des années 90

- Objectif: aider les 18-25 ans des quartiers difficiles à obtenir un
diplome et à se placer, notamment dans les secteurs de la finance et
de l’informatique

- Première promotion en 2000 à Boston: 22 stagiaires. Aujourd’hui, 10
ans plus tard: 1500 stagiaires dans 7 villes.

- Programme: 6 mois de formation en partenariat avec les universités
locales, 6 mois de stages dans des entreprises.

- Pendant la durée du programme, le stagiaire reçoit 400 euros par mois

- Règle de comportement: chaque stagiaire commence la semaine avec 200
points. Si il est en retard, il perd 15 points et 10 euros sur sa
bourse mensuelle. Si il n’est jamais en retard il gagne 15 points. Si
à la fin de la semaine le stagiaire a moins de 100 points les règles
de comportement se durcissent et l’accompagnement augmente. Si il
atteint 0 il est exclu du programme.

- Financement (à Boston, pour 300 stagiaires): 5 millions d’euros par
ans, 50 professionnels dédiés au programme (dont une dizaine pour
trouver les stages aux stagiaires). De ces 5 millions d’euros, pres de
60% vient de la paie des stagiaire, qui est versée directement par les
entreprises à l’organisation (2500 par mois et par stagiaire). Le
reste vient de fondations privées. Très peu d’argent public.
L’argument principal utilisé pour trouver des stages dans les
entreprises est que c’est peu coûteux pour l’entreprise.

- Résultats: 75% restent dans le programme jusqu’à la fin. Après 4
mois, 85% des diplômés sont soit en formation, soit en emploi.

Le succès vient avec le temps!
Bien amicalement,

Jean-Noel

Le décrochage scolaire en ligne de mire
AXA Lyon et l’UNIFI ont mis en place un partenariat en 2010. Cette nouvelle université de la finance propose de former des jeunes sortis du système scolaire avant l’heure.
Philippe Colombet, Responsable Recrutement chez AXA Particuliers Professionnels Sud Est, nous en dit plus.

1. En 2010, vous avez conclu un partenariat avec l’UNIFI. Pouvez-vous nous parler de ce dispositif ?

Jean Noël Barrot et Rodolphe Pedro de l’UNIFI m’ont contacté l’an dernier, pour contribuer à cette initiative. Rodolphe Pedro, PDG à la tête d’une société de gestion de patrimoine, a créé une université d’un tout autre genre : un établissement qui favorise l’insertion durable de jeunes non qualifiés en leur donnant la possibilité d’accéder à un métier de la finance auquel, sur le papier, ils n’auraient pas eu accès. Les jeunes suivent une formation de 6 mois en alternance, à mi-temps en entreprise, en temps que conseillers financiers.
AXA France région Sud-Est ne pouvait passer à côté de cette opportunité. Nous sommes donc devenus partenaires de l’UNIFI en fin de parcours des jeunes de la première promotion. Nous avons retenu, en CDI, 15% des jeunes de cette promotion, qui ont intégré le cursus de formation des commerciaux d’AXA France, avec des cours intensifs sur 7 semaines.

2. Quelles sont les raisons de votre engagement dans ce projet ?

Notre engagement dans ce projet a du sens. Parce que le Groupe AXA agit depuis longtemps pour l’égalité des chances et que ce projet donne l’occasion à des jeunes sortis du système scolaire de mettre un pied à l’étrier. Mais aussi parce que nous recrutons : le secteur des assurances recrutera 10 000 personnes en 2011 et le secteur bancaire 40 000. De nombreux métiers sont en pénurie de main d’oeuvre et les commerciaux terrain sont très recherchés.

3. Quel bilan tirez-vous de ces recrutements aujourd’hui ?

Mener ce partenariat constitue un vrai challenge car les jeunes dont nous parlons sont éloignés de nos standards habituels. Ils sont généralement sortis du système scolaire très tôt et sans diplôme.
Et pourtant, ces jeunes doivent être capables de conquérir une clientèle nouvelle et de la fidéliser. Cette première expérience soulève donc la question de l’implication des entreprises, comme acteurs dans la construction de cette formation. Celle-ci doit être en parfaite adéquation avec les besoins et attentes des entreprises du secteur susceptibles de recruter ces jeunes.
L’UNIFI souhaite ouvrir un site dans le 93 cette année. Je serais ravi d’être le promoteur de cette initiative méritoire dans le cadre de sa démultiplication en Ile-de-France au sein d’AXA. Donnons les moyens à ces jeunes motivés de pouvoir réussir.


APRIL Santé, FRANCE s’engage aux côtés d’UniFi pour donner priorité d’embauche aux lauréats des prochaines promotions à Lyon et à Seine-Saint-Denis.

Article à retrouver dans capital

Si certains secteurs de l’économie restent encore affectés par la crise, les banques, elles, recrutent. Les grands établissements français comptent embaucher près de 15.000 personnes en CDI cette année, d’après Les Echos. Un niveau quasi similaire à l’an passé.

BNP Paribas figure, comme en 2010, parmi les plus grands pourvoyeurs d’emplois, avec 4.000 postes supplémentaires prévus. Le nombre de créations d’emplois est similaire au Crédit agricole, qui axera 80% de ses recrutements sur la branche de détail (conseillers clientèle, chargés d’affaire…), contre 50% pour la banque de la rue d’Antin.

Par contre, les embauches devraient ralentir à la BPCE. La Banque populaire envisage de recruter 1.000 personnes, contre 1.660 en 2010. Les Caisses d’Epargne comptent elles aussi attirer un millier de salariés. Des estimations qui pourraient toutefois être révisées à la hausse, comme ce fut le cas l’an dernier, précise le quotidien.


Le rappeur et producteur Rost, Nabil Mati, président de l’association Trait d’union, Aziz Senni, entrepreneur dans les Yvelines et créateur de la BAC (Business angels des cités), Fatima Hani, élue de gauche à Clichy-sous- Bois et secrétaire nationale d’ACLefeu, Rodolphe Pedro, créateur à Lyon de l’université de la finance… Ils sont une bonne cinquantaine à lancer un appel pour des états généraux pour l’emploi en Seine-Saint- Denis.
Retrouvez cela sur le site du Parisien et celui du Bondy Blog!

Retrouvez tout l’article de Canal Street en suivant ce lien.

Informations Mécénat Recrutement

contactunifi@gmail.com
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 37 autres abonnés